... je vous raconte ma vie. Enfin, plutôt celle de mon atelier.

Alors voilà, je vous parlais, il y a un mois déjà de mon nouveau projet de porte bébé, entre le mei tai et le sac à dos, un porte bébé ergonomique, facile à installer, peu encombrant, souple, en tissu biologique (ah oui, ça bio, c'est important) et confortable, mais qui garderait son esprit de porte bébé chinois quand même. Bon, je peux déjà vous annoncer, qu'après un travail acharné, des heures passées à coudre et à dé-coudre, la bête est en phase de test et que, si les tests sont concluants, je pourrais vous le montrer ET vous le proposer.

Et bien entendu, travailler sur le confort et l'ergonomie de ce porte bébé, m'a donné envie de revoir un peu (beaucoup, en fait), la construction du mei tai traditionel. Bon, il faut dire aussi qu'à force de porter mon propre bébé et ses presque 9 kilos, et qui, soit dit en passant, n'aime pas du tout la poussette, j'ai vite trouvé les petites choses à améliorer sur mes précédents Mei Tai. Et de petites choses en petites choses, disons que je l'ai presque complêtement transformé.

D'abord, le tissu, ah oui, le tissu, la matière première quoi! Il y a quelques mois, je vous annonçais fièrement que je passais au "bio" avec un corps de porte bébé entièrement en chanvre et coton bio, teinté oko-tex et tout et tout. Ah ça oui, on peut dire que j'étais fière de moi, d'avoir enfin passé le pas et trouvé un fournisseur de tissus écologiques, à ma portée, prêt à travailler avec moi sur de petites quantités de tissus (enfin une centaine de mètres tout de même hein). Et puis quelques semaines plus tard une maman porteuse, et monitrice de portage qui plus est, m'envoie un message qui disait à peu de choses prêt cela:  "j'aime bien vos mei tai, mais s'ils étaient en sergé croisé ça serait mieux.....". Voilà, voilà, il n'en fallait pas moins pour me remettre au travail, car je me doutais bien au fond de moi qu'elle avait raison.

Le sergé croisé, pour faire simple, c'est un tissage spécial, utilisé pour fabriquer les écharpes de portages. C'est à la fois souple, résistant, légèrement élastique, et ça ne se déforme pas, ce qui permet un nouage précis et un grand confort de portage pour les bébés, mais aussi pour le porteur (et ça c'est important, n'est ce pas?). Je suis donc partie en quête ( et là, croyez moi, le mot n'est pas exagéré) d'un fournisseur de tissu "sergé croisé", en coton bio, si possible, car revenir en arrière sur ce point là me parraissait difficilement envisageable. Bon, croyez moi sur parole, c'est ultra difficile à trouver, et j'ai bien failli abandonner mes recherches, quand je suis tombée sur le site des écharpes Colimaçon et Cie, qui permettait d'acheter du tissu spécial pour écharpe à un prix raisonnable.

Donc, une fois ce fameux tissu trouvé, vous vous doutez bien qu'il a fallu revoir entièrement l'ergonomie de mes mei tai, afin de tirer parti au mieux des caractéristiques du sergé croisé. Avec l'aide de Melvil, toujours prêt à tester un porte bébé, j'ai du redessiner le patron, coudre, dé-coudre à nouveau, et enfin tester ce nouveau mei tai.

Et là, you hou hou, après plus de deux mois de travail, la tête dans le guidon ou plutôt dans le pied de biche de la machine à coudre, voilà, c'est terminé et je suis bien heureuse de vous le présenter.

 

 

 

Le dernier prototype de mei tai Ptitsy Moloko, en coton sergé croisé bio. Je vous en parle demain plus en détail, le post est suffisament long comme ça, et si vous avez des questions, je suis dispo...